Coronavirus : lettre au Président de la République.


Monsieur le Président

Je sais qu’au milieu du bruit assourdissant de l’hystérie collective concernant l’épidémie de coronavirus, ma petite voix discordante aura bien du mal à se faire entendre, mais au moins j’aurai essayé.

Je suis un simple pharmacien, bientôt à la retraite. J’ai longuement réfléchi avant de vous écrire car le moins que l’on puisse dire, c’est que je ne comprends pas du tout la façon dont nous faisons face à cette épidémie.

Où est passé notre bon sens?

Essayons de voir les choses calmement, sans céder à la peur, voire à la panique ambiante;
Au cours de mes études de pharmacie, j’ai appris que nous vivons dans un milieu rempli de bactéries et de virus et que nous disposons tous d’un système de défenses immunitaires très sophistiqué et très efficace qui nous permet de vivre dans
ce milieu.
C’est ainsi qu’en cas d’épidémie, seule une petite partie de la population sera malade et pourra en mourir. Ce sont les personnes dites à risque : personnes âgées car on sait que les défenses immunitaires diminuent avec l’âge, les person-nes atteintes de maladies telles que le cancer, le diabète, les maladies cardiovasculaires et les personnes en surcharge pondérale.
La grande majorité de la population, si elle rencontre le virus, ne développera aucun symptôme ou sera affectée sans risque majeur. Ce sont ces personnes qui permettent l’instauration de l’immunité de groupe, seule véritable solution pour voir l’épidémie cesser. Bien sûr, je ne comprends pas la décision du confinement.
Certes, le confinement a permis le ralentissement de l’épidémie, évitant ainsi aux hôpitaux d’être débordés, mais c’est bien le seul avantage.
Le confinement empêche la réalisation de l’immunité de groupe qui est la meilleure solution pour que l’épidémie s’arrête. Les scientifique estiment le taux de personnes ayant été en contact avec le virus et donc immunisées, entre 10 à 15%. Certains sont surpris de ce faible taux qui est du au confinement.
Et donc voyant ce faible taux de personnes immunisées, ils décident qu’il faut continuer le confinement qui est pourtant la cause de cette faible immunité de groupe. C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue.
Le confinement , par contre, n’empêche pas la circulation du virus de la peur, bien aidée en cela par l’hystérie collective médiatico-politico-scientifique.
De nombreuses études ont montré l’effet très néfaste sur la santé de la peur, de l’anxiété et du stress et ce, d’autant plus qu’ils durent longtemps.
Il y aurait beaucoup à dire sur la relation corps-esprit dans ce genre de situation.
Je ne vais pas parler des conséquences économiques et sociales du confinement, conséquences que vous connaissez très bien.
Il y aurait encore beaucoup à dire, mais je sais que votre temps est précieux.
En conclusion, je dirai que le confinement présente plus d’inconvénients que d’avantages et qu’il faut préparer dès maintenant le déconfinement de la population en prenant, bien sûr, toutes les précautions nécessaires.
Je reste à votre disposition, Monsieur Le Président, et vous prie d’accepter mes sincères salutations.

Le 12 Avril 2020
Bot Dominique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.