Covid 19 : révélateur de l’état de délabrement de notre société.

Pour toute épidémie, il y a une équation simple à résoudre :

Un être humain + un virus = un résultat

Le résultat de cette équation peut prendre plusieurs valeurs :

1 non contamination donc pas de maladie

2 contamination sans symptôme

3 contamination avec de légers symptômes

4 contamination avec symptômes plus graves

5 contamination avec forme grave de la maladie entrainant la mort

Pour que le résultat de l’équation soit l’une des 3 premières possibilités, nous pouvons agir soit sur le virus, soit sur l’être humain

1- AGIR SUR LE VIRUS

Deux possibités pour agir sur le virus: soit le détruire, soit l’empêcher d’agir.

A – Destruction du virus à l’aide de médicaments

Selon la théore chère à Mr Pasteur, un germe (bactérie ou virus) = une maladie. Alors bien sûr, la solution la plus radicale est de trouver un médicament pour tuer le virus. C’est ce que l’on a fait pour les infections bactériennes avec les antibiotiques. Pendant des années cela a marché. Puis sont apparues de plus en plus de bactéries résistantes aux antibiotiques et actuellement nous avons des supers bactéries qui résistent à tous les antibiotiques et qui entrainent de nombreuses infections en milieu hospitalier ( les maladies nosocomiales) et on a beaucoup de mal à trouver de nouveaux antibiotiques. La solution du médicament antivirus peut sembler bonne dans un premier temps, mais risque de sélectionner des souches de virus ultra-résistants. N’oublions pas tous les effets secondaires dus à ces médicaments

B – Empêcher le virus d’attaquer à l’aide d’un vaccin

Le vaccin semble une évidence pour tout le monde. La propagande vaccinale fonctionne à merveille. On a même entendu un ministre de la santé affirmer que la vaccination ne se discute pas. Et bien si, ça se discute.

Un vaccin provoque la formation d’anticorps, ce qui permet de neutraliser la bactérie ou le virus avant que la maladie apparaisse. Je ne nie pas cette action du vaccin, bien que parfois il y ait besoin d’ajouter des adjuvants plus ou moins toxiques pour l’obtenir. Ce que je mets en doute, c’est l’utilité du vaccin.

Lors d’une vaccination, on injecte dans l’organisme . un microbe tué ou atténué, ou une toxine rendue inactive. Le microbe ,rendu inoffensif, n’entraine donc pas la maladie. En revanche; le corps avec son système de défenses immunitaires, reconnait le microbe comme s’il était actif et fabrique des anticorps pour l’éliminer.

Le système immunitaire garde la mémoire de ces anticorps. Ainsi, si le microbe actif se présente par la suite, le corps saura fabriquer plus rapidement les anticorps nécessaires adaptés spécifiquement à la lutte contre ce microbe et empêcher la survenue de la maladie.

Pour que le vaccin soit efficace, il faut que la personne a qui on l’injecte, ait un système immunitaire en parfait état de fonctionnement. Des études faites sur le vaccin contre la grippe chez les personnes âgées montrent que plus ils sont âgés, moins ils répondent au vaccin, car les défenses immunitaires diminuent avec l’âge.

Donc si vous êtes en bonne santé physique et psychologique , nous verrons plus loin que votre corps est capable de se défendre tout seul, il en a les moyens et donc le vaccin est inutile.

Par contre si vous êtes en moins bonne santé physique ou psychologique, votre corps fonctionne moins bien et votre système immunitaire s’affaiblit. Plus il s’affaiblit, plus vous êtes vulnérable en cas d’épidémie. Malheureusement, le vaccin ne vous sera d’aucun secours car plus vos défenses immunitaires diminuent, moins vous répondez au vaccin.

Dans un cas comme dans l’autre, le vaccin n’a que peu d’intérêt: soit il est inutile, soit il est innefficace.


C – Contenir l’épidémie par le confinement.

Comme je l’ai dit dans un précédent article daté du 4 avril 2020 le confinement est une fausse bonne idée. Contrairement à ce qui est dit, je ne pense pas que le confinement ait permis de diminuer le nombre de personnes contaminées, je pense bien au contraire qu’il a été un activateur de l’épidémie et du nombre de décès et cela pour plusieurs raisons.

Le jour où le confinement a été décidé, tout le monde s’est retrouvé enfermé avec le risque important d’enfermer des gens non contaminés avec des gens contaminés.

Une étude publiée dans un grande revue scientifique, The Lancet, montre un large éventail d’effets psychologique négatifs de la mise en isolement, dont des symptômes de stress posttraumatique, de dépression, des sentiments de colère et de peur, ainsi que l’abus de substances psychotropes. Certains de ces impacts, en particulier les symptômes de stress post-traumatique, s’avèrent être de longue durée : on peut encore les détecter des mois ou des années plus tard. ».

Dans le numéro de juillet 2020 de Science et Vie, on peut lire ceci : « L’isolement physique et affectif dans lequel le confinement a plongé du jour au lendemain des milliards d’individus est un dangereux facteur de désordres mentaux. Pire : des études révèlent que la solitude altère notre cerveau, dérègle notre immunité et augmente le risque cardio-vasculaire. » Dans le même numéro, on peut lire ceci : « un des effets biologiques avérés de l’isolement est de dérégler le système immunitaire. Les gènes codant pour la défense contre les infections bactériennes sont surexprimés et créent une inflammation chronique; en revanche, la défense virale est, elle, amoindrie. »

Le seul confinement dérègle nos défenses immunitaires, mais il faut ajouter l’hystérie médiatico-politico-scientifique qui a créé une psychose et une peur totalement disproportionnées. De nombreuses études ont montré les effets néfastes de la peur et du stress sur notre immunité, des effets d’autant plus importants que le stress et la peur durent longtemps. Que ce soient les médias, les politiques ou les scientifiques, tous n’ont cessés de répandre la peur, aggravant ainsi l’épidémie.

L’hécatombe dans les maisons de retraite n’est pas surprenante. Là aussi, on a tout fait de travers. Dans notre société, nous préférons nous séparés de nos anciens et nous les enfermons dans des maisons de retraite où ils sont coupés du monde. La seule chose qui les motivent à rester en vie, c’est la visite de leurs proches (membres de la famille ou amis).La décision prise a été de les enfermer dans leur chambre et de les priver de toutes les visites. Il ne leur restait plus que la télévision pour normalement les distraire, mais l’hystérie télévisuelle n’a fait qu’augmenter leur désarroi, les rendant de plus en plus vulnérables au virus.

Oui le confinement et l’hystérie médiatico-poitico-scientifique ont contribués à l’aggravation de l’épidémie et à l’augmentation du nombre de décès. Pour moi c’est une certitude.

Ce qui est inquiétant par ailleurs pour notre pays, c’est que sous prétexte d’une crise sanitaire, le peuple se soit laissé enfermé et privé de liberté sans aucune réaction, sans aucune résistance et que, parmi les médias, il n’y en ait pas eu un seul pour protester contre le confinement. Un tel peuple de moutons apeurés est prêt pour la dictature.

LE COQ GAULOIS SE SERAIT-IL TRANSFORME EN POULE MOUILLEE?

2 – Agir sur l’être humain

Cela ne vous surprend pas de voir que le même virus avec la même virulence peut ne rien provoquer chez une personne et au contraire en tuer une autre? Comment l’expliquer? Le Biologiste Antoine Béchamp, contemporain de Pasteur, avait montré que le microbe ne s’active que sur un terrain favorable, sinon il vit en parfaite symbiose avec son environnement. Le virus ne va s’activer dans le corps que si celui-ci le lui permet. Autrement dit, suivant notre terrain c’est à dire notre état de santé physique et psychologique, nous serons contaminés puis malades ou pas. Si nous remplaçons la variable « être humain » par la variable « être humain en bonne santé physique et psychologique » nous obtenons le résultat « pas de contamination » ou « contamination sans mettre la vie de la personne en danger ». Ceci explique qu’en cas d’épidémie, seule un faible pourcentage de la population sera malade. Ce sont les personnes à risque dont l’état de santé physique et psychologique ne leur permet pas de se défendre efficacement. C’est à chacun d’entre nous de tout faire pour ne pas être une personne à risque, de tout faire pour rester en bonne santé physique et psychologique.

Les maladies ne nous tombent pas dessus par hasard. Elles sont le reflet de notre état psychologique, elles sont un message nous avertissant qu’il y a des blocages en nous qui perturbent notre harmonie intérieure.

Rester en bonne santé physique est relativement simple : avoir un bonne alimentation, faire un minimum d’exercice physique, veiller à dormir suffisamment. Vous pouvez au besoin prendre des compléments alimentaires pour vous aider.

Rester en bonne santé psychologique est de nos jours beaucoup plus difficile, notamment en raison de l’augmentation du stress dans nos vies modernes. Nous avons vu les conséquences néfastes du stress, de la peur sur nos défenses immunitaires nous rendant ainsi beaucoup plus vulnérables à la contamination. Il faut dire que le conseil scientifique, les médias et les hommes politiques ont tout fait pour alimenter la psychose et la terreur. Le summum a été atteint lorsque le Président de la République, au cours d’une allocution télévisée a déclaré la guerre à un virus. On pourrait en rire, tellement cela n’a pas de sens, mais quand on pense aux conséquences on a plus envie de rire. Pourquoi les scientifiques, les médias et les politiques ont-ils tout fait pour alimenter la psychose, pour transformer une banale épidémie en un fléau menaçant l’humanité? Il faudra bien que l’on obtienne des réponses.

Choisir le positionnement « Etre contre le virus »a des conséquences très graves : confinement, privation des libertés, s’en remettre à un éventuel médicament ou à un éventuel vaccin, vivre dans la peur. Ce n’est vraiment pas ce que je veux faire de ma vie. La médecine allopathique, chimique montre vraiment ses limites quand elle en est réduite à enfermer des milliards d’individus pour soi-disant les protéger ‘d’un virus. Si c’est tout ce que notre médecine allopathique peut nous proposer, il est grand temps de changer de direction. Il est temps d’en finir avec la mainmise de l’industrie pharmaceutique sur notre santé, industrie qui est plus dirigée vers le profit que vers la santé des populations. Il est temps aussi d’en finir avec la mainmise des grandes fortunes, comme Bill Gates, sur notre vie et notre santé.

L’être humain possède un corps et un esprit, ce que tous les scientifiques qui ont défilé sur nos écrans, ont oublié. Ils s’en remettent à des simulations informatiques pour prendre leurs décisions, mais malheureusement pour nous, l’esprit humain ne rentre pas dans leurs équations. Et pourtant l’esprit est primordial pour rester en bonne santé. En son temps, Platon le disait déjà : « Il est folie de vouloir guérir le corps sans vouloir guérir l’esprit ».

Nous sommes à un tournant : soit nous prenons notre vie en main, soit nous nous en remettons à la haute finance et à Big Pharma au risque de perdre une grande partie de nos libertés.

Soyez pour la vie, pour la liberté. Libérez votre esprit de tout ce qui est négatif.

Ne soyez pas contre le mal, soyez pour le bien. Plus vous êtes contre quelque chose, plus vous vous focalisez dessus, plus vous lui donner de l’énergie, plus vous le renforcez.

Ne soyez pas contre le racisme, soyez pour l’égalité des droits pour tous les hommes.

Ne soyez pas contre la guerre, soyez pour la paix.

Ne soyez pas contre la haine, soyez pour l’amour.

A vous de continuer la liste.

Avant tout soyez pour la vie. La distanciation sociale, le port du masque et le confinement sont contre la vie, ils nous séparent les uns des autres.

Concernant les épidémies, on voit que souvent, un animal en est la source. Nous avons tellement modifiés et déséquilibrés leurs conditions de vie que les animaux sont devenus sensibles aux virus et bactéries et peuvent être à l’origine des épidémies chez l’homme. Nous sommes responsables des épidé

Oui il est temps de nous réveiller sinon le coq gaulois ne sera plus qu’une poule mouillée prête à se faire plumer.



c Ce contenu a été publié dans Non classé par dominique blot. Mettez-le en favori avec son permalien. Modifier

Laisser un commentaire