Coronavirus : la fausse bonne idée du confinement ou comment en est-on arrivé à cette situation ubuesque.

Examinons les choses calmement, avec bon sens, sana céder à la psychose ambiante, pour essayer d’y voir plus clair.
Au cours de mes études de pharmacie, mes professeurs m’ont appris que le corps humain dispose d’un système de défenses immunitaires très sophistiqué et très efficace. En cas d’épidémie, ces défenses permettent à la majorité d’entre nous de ne pas être atteint par la maladie ou d’être atteint mais sans gravité. Ainsi une grande partie de la population est immunisée, ce qui entraîne la fin de l’épidémie. Dans toute épidémie un faible pourcentage de la population est plus exposée. Ce sont les personnes qui ont un système immunitaire amoindri par des causes physiques ( personnes âgées, maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension, les maladies cardiovasculaires) et par des causes psychologiques comme le stress, l’anxiété et la peur.
De nombreuses études ont montré l’influence néfaste sur le système immunitaire du stress, de l’angoisse et de la peur et ce d’autant plus qu’ils durent longtemps.
Partant de ces données de base, il semble logique de laisser l’épidémie se propager afin de réaliser une immunité de masse, tout en protégeant les personnes les plus vulnérables.
Qu’ont décidé les hommes politiques, conseillés par les experts scientifiques ? Exactement le contraire ! On a vu sur les plateaux de télévisions se succéder les experts scientifiques tous plus alarmistes les uns que les autres, prévoyant de plus en plus de victimes, certains allant même jusqu’à des millions de victimes. Progressivement, la psychose s’est installée. Sous la pression des experts scientifiques, le confinement général a été mis en place, aggravant encore plus la psychose. La population s’est retrouvée enfermée, à regarder en boucle les mêmes informations alarmistes, à suivre le nombre de décès qui augmente chaque jour. La peur panique générale s’est installée avec toutes les conséquences néfastes sur le système immunitaire de la population.
On entend souvent les soignants nous dire qu’ils sont surpris par la dégradation extrêmement rapide de l’état de santé de certains patients. Ceci est du à la peur panique qui s’est installée dans notre pays. Les esprits les plus influençables en arrivent à se persuader que s’ils attrapent le virus, ils vont obligatoirement mourir. Alors quand ils arrivent à l’hôpital, leur profonde croyance en leur mort inéluctable entraîne leur décès malgré tous les moyens mis en œuvre pour les sauver.
Au fur et à mesure que l’épidémie et la psychose évoluent, de nouveaux types de malades apparaissent qui n’étaient pas considérés comme à risques. Ces personnes contaminées par la panique ambiante finissent par se persuader, consciemment ou inconsciemment qu’ils vont succomber à la maladie. C’est ce qu’on appelle l’effet nocebo.
Prenons maintenant l’exemple de l’épidémie annuelle de grippe. Si l’on regarde le nombre de décès dus à la grippe au fil des années et qu’on en trace une courbe, on obtient une courbe descendante, c’est à dire que la tendance globale est à la diminution du nombre de décès. Bien sûr, les vaccinologues patentés vous diront que c’est grâce au vaccin. Mais le simple bon sens permet d’avancer une autre explication. Au fil des années l’épidémie de grippe est devenue « normale ». Tous les ans, nous savons qu’en période hivernale, les épidémies de grippe, de gastro, de rhume seront de retour mais il n’y a plus de psychose ce qui permet à la majorité des gens de laisser leur système immunitaire faire son travail pour les protéger et ils continuent ainsi à vivre tout à fait normalement sans peur et sans stress ce qui est le meilleur moyen de rester en bonne santé.
Ceci m’incite à parler de la vaccination et de son utilité. Le principe de la vaccination est d’induire une immunité en entraînant notre organisme à fabriquer des anticorps. C’est notre système immunitaire qui est à l’origine des anticorps, donc la vaccination ne fonctionnera que chez les personnes qui ont un système immunitaire capable de fabriquer les anticorps, c’est à dire les personnes qui sont capables de se défendre contre tous les agents pathogènes. Que peut donc leur apporter la vaccination ? Les personnes immunodéprimées, elles, ne répondront pas au vaccin ou répondront mais trop faiblement pour être protégées. Que peut donc leur apporter la vaccination ?
En conclusion, je dirais que dans cette affaire nous marchons sur la
tête. Tout est fait pour que l’épidémie s’aggrave. Les conséquences du confinement sont nombreuses : les conséquences dues à la peur qui s’est installée entraînant une augmentation des malades et des décès, les conséquences sur la santé générale de la population, les conséquences sur les violences envers les enfants et les femmes, les conséquences économiques (faillites, licenciements).
Il est temps que nous fassions face à cette épidémie de façon efficace : il faut protéger les personnes les plus vulnérables et laisser les autres reprendre une vie normale, retourner à leur travail, donc décréter le déconfinement. Malheureusement ce déconfinement présente des risques vu l’état de stress de la population, vu la peur qui s’est installée, mais si l’on veut sortir de cette épidémie le plus rapidement possible, il faut déconfiner le plus rapidement possible . Il y a urgence à fabriquer en masse des tests fiables et à tester la population dés que possible pour libérer le plus de personnes rapidement, en commençant par les personnes les plus utiles à la reprise de l’activité. Le gouvernement ne doit avoir qu’un seul but prioritaire : la fabrication de tests efficaces en quantité suffisante pour tester l’ensemble de la population et mettre en place ce dépistage dés que possible.
A tous je voudrais dire ceci : ne cédez pas à la panique, n’écoutez pas les oiseux de malheurs qu’ils soient politiques, journalistes ou scientifiques. Nous avons en nous les moyens de nous défendre (notre système immunitaire), faisons-nous confiance et nous nous en sortirons.

Si vous êtes d’accord avec ce qui est dit dans cet article, n’hésitez pas à le partager.
Blot Dominique